Posts du forum

donnaint.alain
24 sept. 2018
In Parlons du module 5
Bonjour, Après un long temps d'interruption, voici quelques réflexions. Pas de problème particulier et un enthousiasme de plus en plus vif. J’ai regardé avec intérêt les différentes techniques qui sont exposées dans le module 5 et plutôt que de donner mes impressions sur chacune d’entre elles, je préfère exposer un problème et le traiter en commençant par la première technique : « raconter une histoire ». Cette expérience est la suivante : J’étais en cinquième et une jeune professeure de français s’était moquée de moi devant toute la classe, mixte, (elle m’avait pris comme tête de turc depuis le début de l’année) provoquant les rires des élèves et surtout des filles. J’ai été profondément blessé par ces remarques et triste de voir que j’étais le sujet des railleries de ces jeunes filles dont j’aurais aimé (je la recherchais même) l’amitié ou l’attention. Dans un premier temps, j’ai évalué le SUD et étonnamment, je n’y arrivais pas, il était quasi inexistant, de plus, j’ai eu un mal fou à me plier à cet exercice, je remettais toujours au lendemain, cette expérience est pourtant bien présente en moi car depuis toujours, je me suis dit que j’aimerais revoir cette professeure pour lui dire droit dans les yeux ce que je pense d’elle. J’ai donc fait une première ronde EFT portant sur cette première impression : Même si je suis nerveux à l’idée de travailler sur ce problème, ce qui me semble être inutile, je m’aime et je m’accepte complètement tel que je suis et je me pardonne. Le SUD était tout de suite très bas mais la pratique de cette ronde m’a en quelque sorte libéré et m’a permis d’entamer le travail sans plus tarder. Travailler sur cet aspect a été très bénéfique, parce que d’une part, c’est en écrivant que les émotions sont remontées, ce qui valide chez moi la technique de la lettre qui permet, en s’extériorisant de la sorte, de contourner les mécanismes de défenses et d’accueillir les émotions qui remontent, j’ai ainsi pu pratiquer la story technique en partant d’un instant neutre : l’attente, dans le couloir, d’entrer en cours, et, suite à une première bouffée émotionnelle, j’ai pratiqué une première ronde qui était la suivante : Même si je suis honteux parce que cette professeure s’est moquée de moi, je m’aime et je m’accepte tel que je suis et je me pardonne. Phrase de rappel : cette professeure qui s’est moquée de moi. Puis elle s’est affinée (les phares de la voiture) pour devenir : Même si je suis profondément triste parce que les filles se sont moquées de moi, je m’aime et je m’accepte tel que je suis et je me pardonne. Phrase de rappel : Les filles se sont moquées de moi. Le SUD est devenu très faible suite à cette deuxième ronde, des souvenirs sont réapparus liés à cette tristesse, celui-ci notamment : J’avais 10 ans environ, j’étais en colonie de vacances, nous étions 40 gamins devant de jeunes monitrices qui constituaient les équipes : « oh, je veux celui-là, etc, etc… ». J’ai été l’un des derniers à avoir été choisis. Dévalorisant. Et des souvenirs plus anciens encore remontent à leur tour (généralisation) que je traite à chaque fois par une ronde EFT qui me semble appropriée. Bref, ces expériences que j’ai eues dans ma jeunesse m’ont ‘ formaté ‘, je n’étais pas très à l’aise avec les filles, j’avais peur d’être rejeté, alors vers douze ans j’ai décidé d’être méchant (par l’apparence) ainsi on ne m’approchait plus et je n’avais plus à souffrir les moqueries. Beau mécanisme de défense qui a très bien marché et sur lequel je me suis construit. Par la suite, les choses se sont améliorées mais mes relations avec les femmes n’étaient pas toujours authentiques, il fallait, en quelque sorte, que je teste leur sincérité. Je pratiquais les sports à risque (parachutisme, vol à voile, vol libre, saut en élastique, spéléologie, etc...), non en accroc de l’adrénaline, mais pour voir l’inquiétude chez l’autre et lorsque j’ai arrêté ces pratiques, ce mécanisme a continué de fonctionner mais c’est par la maladie que j’inquiétais alors mes proches. Bref, je ne pense pas qu’il soit utile de m’étendre plus avant dans la description de ce « Faux-self » qui m’a permis de vivre toutes ces expériences, car c’est comme ça que je considère, maintenant, tous ces évènements passés (recadrage) et je vois la vie comme une formidable donneuse de leçons. Ainsi, ce rejet de la part des monitrices n'était peut-être pas du à moi mais à mon apparence physique notamment une coupe de cheveux, véritable punition, que mon père m'infligeait (complètement hors mode, ou en avance ou en retard (mais la mode est, paraît-il, un éternel recommencement), en tout cas, je n'étais pas du tout dans le bon timing). Je constate que ma vie va de mieux en mieux et j’abandonne, petit à petit, tous ces comportements qui m’empêchaient d’y voir clair. Un autre indice qui me permet d’attester de l’efficacité de l’EFT, la méthode dite de la poursuite de la douleur, en la pratiquant, j’ai réussi à me débarrasser de la prise d’antalgiques (paracétamol), j’en prenais 4 par jour depuis des années et cela fait maintenant 2 mois que je n’en ai pas pris un seul sans en éprouver le moindre manque ni la moindre nécessité. Toutefois, tout n’est pas aussi idéal que cela pourrait paraître, me confronter à nouveau, à certaines situations provoque encore des réactions émotionnelles, des aspects qui se révèlent peu à peu, peut-être, mais je sais maintenant que je possède un outil particulièrement efficace alors j’enfonce le clou. Merci à vous pour vos commentaires et à bientôt pour la suite.
0
2
29
donnaint.alain
25 juil. 2018
In Parlons du module 4
J’aimerais aborder ici le problème d’argent. Depuis quelques années (trop nombreuses à vrai dire), je suis confronté à de gros problème d’argent. Je n’ai pas toujours connu ce problème et il semble remonter au moment de la mort de mon père en 1984. Je suis le 2e enfant d’une famille qui en compte 4 : une sœur aînée, qui a le même père que moi, et 2 autres sœurs qui sont issues d’une autre union, ce sont donc des demi-sœurs quoiqu’elles portent le même nom que mon père (ma mère les a eues alors qu’elle n’était pas encore divorcée). Mes parents se sont séparés lorsque j’avais 9 ans et mon père a eu un droit de visite tous les 15 jours pour ma sœur aînée et moi. Pendant ces moments là, je ne vous dis pas les messages qu’il nous a fait passer, à tous 2, au sujet de ma mère (qui l’avait quitté pour un autre homme, ami de mon père). Ma sœur a alors choisi de ne plus le voir, moi pas, tous les 15 jours j’allais le retrouver chez ma grand-mère. Ses messages sont bien passés puisque je me suis montré très dur avec ma mère, j’étais loyal vis-à-vis de lui, s’il était comme ça, c’est qu’il souffrait, il avait toutes les excuses. Je l’ai aidé financièrement dans les dernières années de sa vie, il était alcoolique, c’est d’ailleurs ce qui l’a tué. Je payais ses dettes. La dernière fois que je l’ai vu, 1 semaine avant sa mort, alors que depuis toujours, il était perdu dans sa souffrance (il ne pensait qu’à ma sœur aînée qui avait eu 2 enfants qu’il ne connaîtrait jamais), il a semblé qu’il finissait par me reconnaître puisqu’il m’a dit, comme s’il m’apercevait pour la 1ère fois : « c’est toi le meilleur, je te laisse tout ». Pour moi, c’était une reconnaissance, depuis des années je faisais tout pour qu’il me remarque, sans succès et là, miracle… Il est mort accidentellement une semaine plus tard et bien sûr, il y a eu l’héritage. Comme je vous l’ai dit, j’avais aidé mon père financièrement ; lorsque mes sœurs l’ont appris, elles ont voulu me dédommager, ce que j’ai refusé et c’est là que mon beau-père a eu cette phrase : « Il faut que tu acceptes, tu n’es pas son seul enfant ». De quel point de vue ? Bien sûr, ça leur donnait bonne conscience pour toucher leur part (ce que je ne contestais pas) mais moi, ça m’ôtait cette reconnaissance qu’il m’avait offerte la dernière fois que je l’ai vu. J’ai littéralement dilapidé la part qui était la mienne en quelques semaines et en choses futiles. L’argent était pour moi abject, il tuait l’affection retrouvée. Que de séances d’EFT en perspective. Si je m’en tiens à la métaphore de la table, il faut retrouver le problème le plus ancien, je pense qu’il s’agit des messages très négatifs que mon père a eu à l’égard de ma mère. Ma phrase : « Même si je suis en colère parce que mon père m’a transmis une mauvaise image de ma mère, je m’aime et je m’accepte complètement tel que je suis et je me pardonne. » Phrase de rappel : « Mauvaise image de ma mère. » Le SUD est à 0/10. Je sens que je n’ai plus cette loyauté sans faille envers mon père (c’était presque de la soumission). Il a eu ses souffrances et les a vécues comme il a pu, je n’ai plus à porter ses fardeaux, je garde à l’esprit tout ces bons moments que j’ai passés avec lui (là c’est nouveau de le revoir souriant et même riant parfois) et il a toute mon affection. Cela a pour effet aussi de réhabiliter l’image de ma mère, elle a été une femme qui a eu le courage de vivre sa vie en des temps où ça n’était pas toujours bien perçu. Je me souviens aussi que je m’inscrivais souvent dans l’auto-sabotage, la non réussite parce que je ne voulais pas qu’elle soit heureuse à cause de moi (loyauté au père). Aussi ferai-je aussi cette séance d’EFT Ma phrase : « Même si je suis en colère parce que ma mère nous a abandonnés, mon père et moi pour vivre sa vie, je m’aime et je m’accepte totalement et je me pardonne. » Phrase de rappel : « Ma mère nous a abandonné, mon père et moi pour vivre sa vie. » Ici aussi, le SUD est à 0/10. Si l’on considère maintenant l’élargissement de la zone de confort, je peux très bien m’imaginer vivre sans problème d’argent et aussitôt voir le souci qui se présente : mes problèmes d’argent me permettent de culpabiliser mes sœurs à propos d’un autre héritage (c’est en fait la même maison qui nous revient suite au décès de ma mère, lors de l’héritage de 1984, elle avait eu la moitié de cette maison et nous, ses enfants, l’autre moitié, la même pièce se rejoue, comme quoi, certaines choses se devaient d’être éclaircies). Je ferai donc une séance d’EFT pour ma sœur aînée : Ma phrase : Même si je suis agacé (pour ne pas dire en colère, ce qui serait répétitif), parce que ma sœur aînée n’a pas su comprendre mon père et ainsi le pardonner, je m’aime et je m’accepte totalement tel que je suis et je me pardonne. Phrase de rappel : Comprendre mon père et le pardonner. Pour mes demi-sœurs, la phrase sera un peu différente Même si je suis destructeur à l’idée que mes sœurs ne reconnaissent pas leur illégitimité dans cette affaire entre mon père et moi, je m’aime et je m’accepte totalement tel que je suis et je me pardonne. Ayant fait ces rondes, je me sens un peu plus bienveillant envers mes sœurs et je descends de mon piédestal (qui était très inconfortable), je redeviens normal. Je ne renie rien de ce que j’ai vécu jusqu’alors puisque c’est grâce à tout cela que je suis entrain de vivre ce que je vis actuellement. Bref j’arrête ici pour ne pas trop alourdir mon propos mais de nombreux blocages apparaissent que je traite immédiatement. L’effet n’a pas tardé puisque j’avais mal dans le bas du dos et j’envisageais de faire une ronde EFT pour ce problème, je la ferai d’ailleurs, mais je vais déjà beaucoup mieux, et je me suis lancé dans un projet, onéreux, en temps et en argent, ce que je n’aurais pas envisagé auparavant (j’en accepte les risques en toute conscience là où je m’en serais servi pour me saborder il y a encore peu.) Quoiqu’il en soit, et même si les SUD me semblent bons (ne suis-je pas un peu euphorique ?), j’enfonce les clous en pratiquant ces rondes quotidiennement et quand les choses ne vont pas comme je le souhaiterais, je me dis que ce sont des points à affiner, des points spécifiques, c’est la Vie bienveillante qui me propose ces expériences, des cadeaux comme vous me l’avez dit précédemment. Pardon de m’être ainsi livré et d’avoir été un peu long et merci pour votre réponse.
1
1
31
donnaint.alain
12 juin 2018
In Parlons du module 3
Bonjour, J'ai toujours eu une grande difficulté à réussir lors d'examens, que ce soit en milieu scolaire ou alors dans la vie professionnelle. On peut parler d'auto-sabotage parce que je réussissais parfaitement les examens blancs. C'est donc plus au niveau de la concrétisation des projets, suite à la réussite, que se situerait le problème. Je pense que l'on peut parler de "la peur de ne pas être à la hauteur" et cette partie en moi qui me veut du bien chercherait à me protéger d'une éventuelle nouvelle blessure. Cela se répercute, d'ailleurs, dans ma vie puisque je suis un éternel étudiant, jamais prêt à mettre le pied à l'étrier, je repousse ainsi le moment décisif où il faudra passer à l'action tout en sauvant la face puisque, n'étant jamais prêt à m'investir concrètement, j'étudie, encore et encore, pour me mettre à niveau. Ma phrase de base pourrait être : "Même si j'ai peur de ne pas être à la hauteur, je m'aime et je m'accepte complètement tel que je suis", que je répèterai en tapotant 3 fois le point karaté. Et ma phrase de rappel : "Peur de ne pas être à la hauteur" pour la ronde EFT. J'ai effectué cet exercice comme préconisé, 3 rondes EFT simples. Et le test d'intensité semble concluant, je ressens plus de sérénité et mes idées semblent s'éclaircir. En effet, apprendre ne correspond plus à une fuite mais il y a eu un recadrage, en quelque sorte, apprendre appartient plus, maintenant, à un processus tout à fait sain de mise à niveau que l'on doit faire quelque soit l'activité. Je ne me sens plus bloqué pour agir. Une question peut-être, beaucoup de choses me reviennent à l'esprit suite à cet exercice, d'une enfance qui m'a laissé des marques, certes, je pense être capable de les gérer parce que je suis relativement armé, mais s'agissant d'un client, n'y a-t-il pas des précautions à prendre ?
0
1
23

donnaint.alain

Plus d'actions